Quand l’idée d’un carillon automatique a germé dans l’esprit de Denis Bouchet, j’imagine que c’était pour faire écho à ceux de Hollande et d’Allemagne. J’avais bien remarqué, lors de nos participations aux bourses d’échange de Rüdesheim, le carillon de porcelaine de Saxe qui orne la façade du Mechanische MusikKabinet de Siegfried Wendel. Il tintinnabule d’un son cristallin pour marquer la fuite du temps.
Zwinger Glockenspielpavillion

Mais je pensais que c’était une oeuvre unique, contemporaine. Lors de notre visite du célèbre Zwinger, à Dresde, quelle ne fut pas ma surprise de retrouver le même instrument automatique, mais développé sur la totalité de la façade du Glockenspielpavillon (photo de droite). Renseignement pris, le carillon installé dans les années 20 est une production des porcelaines de Meissen.

Aux Gets, les cloches seront d’airain, grâce aux Ets Paccard, affaire familiale implantée depuis 1796 en Savoie et Entreprise du Patrimoine Vivant.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA La réalisation de ce carillon de treize cloches, rendue possible grâce à une souscription populaire, a été ponctuée par la fonte de la plus grosse pièce en public sur la place de la mairie (photo de gauche). Combien de personnes à notre époque peuvent se vanter d’avoir assisté à un aussi rare événement? Rendez-vous est pris pour écouter l’ensemble lors du prochain festival en Juillet 2010.

Démoulagecloche finie